Les pressions sociales peuvent altérer notre mémoire



Lorsqu’un groupe de personne est exposé à une expérience similaire, les souvenirs de l’expérience et les émotions ressenties ont tendance à évoluer pour se conformer à ceux des autres.

C’est ce que prouve une étude récente qui a désormais la preuve neurologique de l’existence d’un « conformisme mémoriel ».

Dans cette étude, les volontaires ont visionnés un documentaire, sur lequel on leur a posé une série de question. Après avoir enregistré leurs réponses initiales, les chercheurs ont partagés avec eux des réponses (incorrectes) venant d’autres volontaires. En entendant ces réponses, on a pu observer un curieux changement dans le centre mémoriel chez 70 % des personnes : ils commençaient à défendre les mauvaises réponses. Ils donnaient tous les signes qu’ils croyaient honnêtement que ces réponses étaient correctes.

Chose intéressante, si les mauvaises réponses viennent d’un ordinateur, les volontaires ne changent pas d’avis. Les effets du « conformisme mémoriel » n’apparaissent donc qu’en présence d’une pression sociale.

Cette étude démontre que notre mémoire peut être réécrite par la seule force irrésistible de notre désir inné d’acceptation et de conformité sociale.

Les résultats de cette étude peuvent être aussi bien appliqué pour les évènements culturels ou politiques. Elle propose une explication à la question : comment certaines déclarations illogiques ou irrationnelles, peuvent-elles gagner un support populaire obstiné ?

Partager cet article
Facebook FriendFeed Delicious Technorati digg

0 commentaires:

Leave a Reply

Messages les plus consultés

L'actualté Bio & écologique !

http://www.wikio.fr

Abonnez-vous à Biofamily

Fan Club